NOUVEAU LIVRE « CE PAYS EST UN POEME – POEMA BAT DA HERRI HAU » EN LIBRAIRIE ET EN LIGNE, PHOTOGRAPHIES SÉVERINE DABADIE / POÈMES ITXARO BORDA Les travailleurs de la soie à Bénarès - Severine Dabadie
        
Les travailleurs de la soie à Bénarès
La soie de Bénares jouit d'un immense prestige à travers le monde. Réputée d'une finesse et d'une délicatesse sans pareille, elle est traditionnellement travaillée par les Musulmans et revendue par les Hindous. Basée la moitié de l'année en Inde depuis plusieurs année et plus précisément à Bénarès, je me suis intéressée à ce sujet. Il est souvent question du produit fini, il était légitime de s'intéresser au processus de sa fabrication. La réalité est particulièrement dure à affronter : la soie est travaillée dans des conditions d'un autre âge. Dans le quartier musulman de Madan Pura, nombreux sont les ateliers où s'entassent hommes et enfants pour travailler dans la pénombre sur d'imposants métiers à tisser au mécanisme ancestral. Leur condition de travail dans l'obscurité, 12H par jour 7 jours sur 7 pour un salaire de 200 roupies par jour (équivalant à moins de 3 €) sont archaïques. Regroupés par famille, faisant travailler les enfants dès leur plus jeune âge, les tisserands musulmans sont les parents pauvres de ce circuit commercial dont ils ne bénéficient que peu largement. La négociation de la soie, sa revente est traditionnellement effectuée par les Hindous qui la commercialisent dans toute l'Inde et bien au-delà des frontières.
Top