Échappez-vous en montagne, retrouvez les bergers basques « euskal artzainak » en vente partout et en ligne sur le site de la FNAC PRESSE Séverine Dabadie photographe 2017
PRESSE 2017



France Bleu pays Basque ©  9 octobre 2017

Ecouter ICI

2 minutes. Entretien avec Olivier Vinches








 



20 janvier 2017



« Beti zentzua duten abentura humanoak hautatzen ditugu »


Joanes Etxebarria:

Severine Dabadie Argazkilaria
Christiane Etxezaharretarekin elkarlanean argitaratzen duen bosgarren liburua da « Euskal artzainak. Bi munduren artean » Elkar argitaletxean. Indiatik erantzun die ‘Hitza’-ren galderei.

Indian eta Euskal Herrian bizi da Severine Dabadie argazkilaria (Miarritze, 1964). Epe luzeko lanetan barnatu ohi da argazki hoberenak hautatu eta argitaratu aitzin. Hiru urtez artzain desberdinengana egin dituen joan-jinen ondorioa da azken lana.

Arrantza, pilota, artzaingoa... Zerk bultzatzen zaitu argazkiak egiteko gai horiek hautatzera?
Usu, gaiak dira nigana heldu. Lana hasi aitzineko gogoeta ezinbestekoa da, eta nire liburu guztietan parte hartu duen Christiane Etxezaharretarekin batera egin izan dut beti. Gaien hautaketa garrantzitsua da, baina tratatzeko manera ere, ez bada garrantzitsuago. Harmonian izan behar dugu, beraz, osagarriak izateraino. Oroz gainetik, argazki liburuak dira, baina alde estetikoari zentzua gehitu nahi diogu. Lekukotasunak eman, deiadarra jotzeko eta dei egiteko aukera eskaintzen
digute iraganeko altxorrak denboraren joanean ala ahanzturaren aparretan eror ez daitezen. Ez ditugu gaiak nostalgiaz landu nahi erranez: « Garai bat bukatzen da; horra, beraz, azken lekukotasuna ». Iraganaz busti eta tradizioetan oinarritu nahi dugu geroari so egiteko. Beti zentzua duten abentura humanoak hautatzen ditugu, eta hori da, berez, eder bilakatzen dituena.
Badirudi zure lanean informatzeko nahia badela, dokumentalen gisakoa. Zein helburu duzu? Helburua bikoitza da: gaiaren edertasuna erakustea eta aldi berean errealitateari eta aktoreei fidela izatea. Erran gabe doa kasik etnografikoa den lekukotasunaren lekua munta handienekoa dela. Ildo horretan dokumentaletik hurbiltzen gara. Beti denbora anitz hartzen dut gaiak lantzeko, usu urte batzuk (hiru urte artzaingoarentzat), irudi ederrenak hautatu ahal izateko. Testuaren aldetik, elkarrizketek leku handia izan ohi dute askotan, hitza ez dutenei hitza emateko, gauza asko dituztelako errateko. Haien hitzek irudiei zentzua ematen diete.
Liburuaren aurkezpenean Jacques Bloten Artzainak liburua aipu duzue, erranez duela 30 urte argitaratu zela. Ofizioaren bilakaera aztertu nahi zenuten?
Lan honetan abiatzekoak ginelarik, Peio Etxeberri Aintxart Elkarreko editoreak liburu hori eman zigun erreferentzia gisa. Jacques Blotek Artzainak liburua argitaletxe berean argitaratu eta 30 urte geroago hiru herrialdeetan artzaingoaren bilakaera ikustea zen ideia. Azken 30 urteetan artzaingoa anitz garatu da, baina, oro har, publikoa klixe arkaikoekin gelditu da, eta, usu, errealitatetik urrun. Halere, gaia tratatzeko gure manera propioa ukan dugu, eta liburuari bere kolorea eman nahi izan diogu. Erreferentzia horretatik askatu gara hari uko egin gabe.
Donibane Lohizuneko Airosa arrantzontziarekin lan egin zenuen duela urte batzuk, oraingoan artzainekin; bien arteko loturarik ikusten ote duzu?
Dudarik gabe, ofizioarekiko maitasuna partekatzen dute, espazio zabalak eta tradizio zaharrak. Bizi gogorra dute, baina altxorra da haientzat, eta errotik beharrezkoa zaie. Aldi berean, usu ez buru ez buztanik ez duten oztopo administratiboak badituzte parez pare, eta, halere, gizon eta emazte libre eta harroak dira. Haien ofizioaren balioaz kontzientzia zorrotza badute. Haien hitza goratzea merezi duten pertsona aberatsak dira. Pentsa artzainik gabeko Euskal Herri bat, artalderik gabeko mendiak ala Donibane Lohizuneko portua arrantzontzirik gabe! Hori ote da geroak ekarriko diguna? Gizon eta emazte horiek uste dugun baino askoz ere beharrezkoagoak zaizkigu.

« Gaien hautaketa garrantzitsua da, baina tratatzeko manera ere, ez bada garrantzitsuago »

Artzaingoak aipatzen dituzu, aniztunak direlakoan. Deskriba ditzakezu?
Lehenik, artzain eta hazlearen arteko desberdintasuna ezagutu behar da. Gure lana soilik artzaingoaz zen. Nahasmena ohihasteakoa da. Artzainak transhumantzia egiten du, mendia etxaldearen luzapentzat hartuz. Gainera, bere esnea gasnatzen du. Gure mendietan, artzainaren klixea ikus daiteke oraino, baina geroz eta gutxiago, ofizioa erakargarri izan dadin naturala baita gutxieneko erosotasuna ukan dezaten. Batzuetan, ardi jezteko mekanikak atzematen dira mendian ere. Etxola batzuek argindarra badute, ur beroa eta familiak joaten dira. Ez da gehiengoa, baina existitzen da. Artzain batzuek aldaketa horiek aldarrikatzen dituzte, uste baitute hori gabe mendia hustuko dela. Beste batzuek, batzuk izugarri gazteak, kabalarekin harremana eta kalitatea hobea izan dadin eskuz jeztea hobesten dute. Gure mendietan badira gazteak eta zaharragoak, gizonak eta geroz eta emazte gehiago, tradiziotik datozen artzainak eta hirietatik jinak, herriko jendea eta Frantziako xokoetatik hurbilduak... Bakoitza bere mailan artzaingoaren geroaren ordezkari da, denak osagarriak direlako. Ez da gure lana epaitzen hastea.
Galdera hauei Indiatik erantzun diezu, urtearen parte batean han bizi zarelako. Euskal Herriko gaiak pentsatzeko distantzia ematen ote dizu geografikoki urrun izateak?
Duela 15 urte lehen aldiz Indiara etorri nintzenetik Varanasi hiria miresten dut, eta argazki inspiraziorako iturri bilakatu zait. India eta Euskal Herriaren arteko joanjinak oso naturalak zaizkit. Alde horrek laguntzen nau perspektiba ukaiten Euskal Herriko gaiez, eta Indiakoez ere. Indiako gaiez bi liburu eta hainbat prentsa artikulu argitaratu ditut jadanik, eta ongi doa. Ez noa Indiara Euskal Herriaz ihes egiteko, errotik erakartzen nauelako baizik.
Pentsatu ote duzu ondoko lana zertaz eginen duzun?
Pentsatzen ari naiz, baina oraino ardien ondoan naiz.

TRADUCTION

Quelles sont vos motivations pour le choix des différents sujets que vous traitez (pêche, pelote, berger(e)s) ?
Bien souvent, les sujets s'imposent d'eux-mêmes. La réflexion en amont est primordiale et s'est toujours faite en collaboration avec Christiane Etchezaharreta avec qui j'ai signé tous mes livres. Si le choix du sujet est important, la manière de le traiter, de concevoir la problématique l'est tout autant, si ce n'est plus. Il nous faut donc être en parfaite harmonie, voire complémentaires. Ce sont avant tout des livres de photographie. A l'esthétique, nous voulons ajouter du sens. Ils nous donnent la possibilité de témoigner, d'alerter, d'interpeler, d'empêcher que l'oubli ou le flot des temps modernes ne submerge de son écume les vestiges précieux du passé. Nous ne souhaitons pas traiter les sujets avec nostalgie en disant, « Une époque s'achève en voici un dernier témoignage » mais il s'agit plutôt d'une volonté de s'en imprégner et de s'appuyer sur des traditions pour envisager l'avenir. Nous choisissons toujours des aventures humaines qui ont du sens et qui de ce fait sont belles.
Cherchez-vous à faire un travail documentaire ? Si oui, avec quel objectif ?
L'objectif est double : montrer la beauté du sujet et en même temps rester fidèle à la réalité et aux acteurs. Bien évidemment, la part de témoignage presque ethnographique est capitale. En ce sens on se rapproche du documentaire. Je prends toujours beaucoup de temps pour traiter mes sujets, souvent plusieurs années (3 années concernant le pastoralisme) pour en extraire les plus belles images. Quant au texte, il fait toujours la part belle aux entretiens afin de donner la parole à ceux qui ne l'ont pas souvent et qui pourtant ont bien des choses à dire. Leurs mots donnent du sens aux images.
Sur le dernier ouvrage, vous faites référence à l'ouvrage de Jacques Blot. S'agit-il d'un état de lieux ?
Lorsque nous avons entrepris ce travail, Peio Echeverry Ainchart, éditeur chez Elkar, nous a donné cet ouvrage en référence. Près de 30 ans après Jacques Blot qui avait publié son livre « Artzainak » dans la même maison d'édition, il s'agissait d'établir aujourd'hui un état des lieux du pastoralisme basque sur les 3 provinces. Durant ces 30 dernières années le pastoralisme a considérablement évolué et le public en général est resté sur une image d'Epinal archaïque... et non conforme à la réalité. Cependant, nous avons eu notre propre manière d'appréhender le sujet et avons souhaité donner à l'ouvrage sa propre couleur. Nous nous sommes libérées de cette référence sans pour autant la renier.
Vous qui avez fait un travail avec les pêcheurs de l'Airosa et plus récemment avec les bergers, trouvez-vous qu'il y a des similitudes entre les deux ?
Sans aucun doute, ils partagent cet amour du métier, des grands espaces et d'une tradition ancienne. Ils ont une vie rude mais qui leur est précieuse, viscéralement indispensable. En même temps, confrontés à des contraintes administratives souvent absurdes, ils demeurent des hommes et des femmes libres et fiers. Ils ont une conscience aigüe de la valeur de leur métier. Ce sont des personnes d'une grande richesse qui méritent qu'on porte leur parole. Imaginez un Pays Basque sans bergers, sans troupeaux dans les montagnes ou le port de St-Jean-de-Luz ampli uniquement de bateaux de plaisance ! Est-ce l'avenir que l'on nous réserve ? Ces hommes et ces femmes nous sont précieux bien plus qu'on ne l'imagine.
Quel pastoralisme avez-vous observé par le prisme de l'appareil ? Vous parlez de pastoralismeS, pouvez-vous les décrire ?
Tout d'abord il est nécessaire de faire la différence entre le berger et l'éleveur. Notre propos portait seulement sur les bergers. La confusion est courante. Le berger, au sens strict, transhume, considérant l'estive comme l'extension de la ferme. De plus, il transforme son lait en fromage. Dans nos montagnes, on retrouve encore l'image d'Epinal du berger mais elle se fait de plus en plus rare car si l'on veut que le métier reste attractif, il est bien naturel qu'un minimum de confort leur soit apporté. On trouve donc parfois des machines à traire mécaniques en montagne. Elles fonctionnent avec générateur. Certains kaiolar ont l'électricité, l'eau chaude et accueillent les familles etc. C'est loin d'être la majorité mais cela existe. Certains bergers prônent ces changements affirmant que sans cela les montagnes seront vite désertées. D'autres, parfois très jeunes pour certains, prônent au contraire la traite manuelle comme un gage de qualité pour le lait et pour la relation avec l'animal. Dans nos montagnes, on trouve des jeunes et des plus anciens, des hommes mais aussi de plus en plus de femmes, des bergers par tradition et des néo-ruraux, des gens du pays mais aussi des jeunes venus des 4 coins de France... Ils sont tous à leur niveau l'avenir du pastoralisme parce qu'ils sont complémentaires. Il ne nous revient pas de porter un jugement.
Vous répondez à mes questions depuis une ville en Inde, et si j'ai bien compris, vous y vivez une partie de l'année. Cette distance géographique vous donne-t-elle une distance pour réfléchir aux sujets que vous traitez ici au Pays Basque ?
Depuis 15 ans, date de mon premier voyage en Inde, je suis passionnée par la ville de Bénarès qui est pour moi une mine d'inspiration photographique. Les bords du Gange et les rituels religieux de cette ville de pèlerinage constituent une thématique que je ne cesse de creuser et saisir avec mon appareil-photo. Il y a un mouvement de balancier entre l'Inde et le Pays Basque qui m'est devenu très naturel. Ce décalage me plaît et permet une mise en perspective des sujets basques mais aussi indiens. J'ai déjà publié deux livres de photographie sur des sujets indiens ainsi que des articles de presse. Cela fonctionne bien ainsi. Je ne pars pas en Inde pour fuir le Pays Basque, j'y suis viscéralement attachée.
Avez-vous en tête votre prochain sujet de travail ?
J'y réfléchis mais pour l'instant je suis encore auprès des brebis.

 

------------------ ------------------ ------------------ ------------------ ------------------ ------------------ ------------------






MAGAZINE DU PAYS BASQUE CONSACRÉ À SÉVERINE DABADIE 

 : SAMEDI 7 JANVIER À 19H10 SUR FRANCE 3 AQUITAINE

Reportage France 3 Aquitaine © de Perrine Durandeau (journaliste) et Rémi Poissonnier (caméra)

Avec Séverine Dabadie (photographe), Jean-Bernard Maitia et Maina Chassevent (bergers), Didier Martinez (patron pêcheur sur l'Airosa), Punpa

 


 


Une rencontre à présent dans le cadre de notre magazine du Pays Basque avec une jeune femme, Séverine Dabadie. Native de Ciboure, la photo s’est vite imposée comme une évidence. Une sensibilisation dès le lycée avec l’image révélée dans le labo .. Un réflex toujours à la main, elle arpente le pays à la recherche du temps qui file, les métiers «de toujours» comme elle dit : bergers, pêcheurs, pélotaris, elle croque à fond et s’immerge dans le milieu, longtemps, parfois plusieurs années. Cela donne lieu à du photojournalisme, réaliste, brut, pur, sincère dans tous les cas. 
A la manière du nouveau journalisme cher à l’américain Tom Wolfe dans les années 60, elle vit avec les communautés qu’elle saisit.. oscillant entre Inde et Pays Basque.
 

------------------ ------------------ ------------------ ------------------ ------------------ ------------------ ------------------

Top