Échappez-vous en montagne, retrouvez les bergers basques « euskal artzainak » en vente partout et en ligne sur le site de la FNAC



Durant son voyage en Inde, ce blog servira à entretenir le lien entre la classe de seconde du Lycée René Cassin encadrée par Mme Deruy, professeur d'histoire et de géographie, Mme Royal, professeur de français et Séverine Dabadie, photographe.

Départ le 7 janvier 2014
Retour le 2 avril 2014


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
16 Mai 2014 au Pays Basque :


Le prix de la meilleure nouvelle "Un jour à..." a été décerné vendredi 16 mai 2014 à 8h30 dans le hall du Lycée René Cassin de Bayonne en présence de Monsieur Aubry, Proviseur du Lycée Cassin, de Messieurs les CPE, de Mme Royal (professeur de Français), de Mme Deruy (professeur d'Histoire et Géographie), de Mme Luce Buchheit (écrivaine), de Séverine Dabadie (photographe) et des élèves de la classe de seconde "option Littérature et Société". Voir quelques photos ICI
A cette occasion, une exposition des photographiesde Séverine Dabadie légendées par les élèves de seconde a été présentée dans le hall du Lycée René Cassin. 

Le prix de la meilleure nouvelle "Un jour à..."
Premier prix : Marie Ducos pour "Un jour, je n'étais pas là..."
Deuxième prix : Jeanne Tronchet pour « Un jour en Norvège »
Troisième prix : Pauline Dallan, Camille Griffe pour « Dernier jour à Bali »
Quatrième prix : Alice Higounenc pour « Jour de paix »
Prix du Jury : Peio Larrasquet et Guillaume Pham pour « Un jour à Agra »
Mention Spéciale pour Loretta Brüssau pour « Je me souviens de la mer...

Les félicitations du jury vont à l'ensemble des participants qu'il a été bien difficile de départager. Chacun des textes proposés aurait mérité de se retrouver dans le palmarès final. Le Jury a été bien en peine d'effectuer un classement... pourtant nécessaire.

Ainsi s'achève ce beau partage entre le Pays Basque et l'Inde, entre les élèves et les intervenants (Luce Buchheit et Séverine Dabadie), un voyage immobile pour certains et une belle aventure pour tous. Que l'Administration du Lycée René Cassin de Bayonne soit ici chaleureusement remerciée tout comme ses professeurs : Mme Royal (professeur de Français) et Mme Deruy (professeur d'Histoire et Géographie).
Un immense merci à tous les élèves de seconde "option Littérature et Société" qui ont merveilleusement joué le jeu et se sont investis avec imagination, talent et enthousiasme.




 


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mai 2014 au Pays Basque :

Voici les noms des participants les plus actifs à ce blog... qu'ils en soient ici remerciés et félicités chaleureusement.
Pauline Dallan, Camille Griffe, Lisa Cartillon, Clara Baud, Isolde Gulacsy, Hajar, Jeanne Tronchet, Loretta Brüssau, Marie Ducos, Peio Larrasquet, Guillaume Pham, Audrane Elissalde, Gabriel Ringenbach, Coralie
Servant, Margot Martinez, Vincent Fontinha, Charlotte Brugière, Oihana Eyherabide, Laura Serrat, Florestan Mosnier, Océane Herceg, Alice Higounenc... et ceux qui sont restés discrets.

Un jury choisira le meilleur des textes "Un jour à..."  rédigés par les élèves à la manière de "Un jour à Kashi". Il rendra sa décision vendredi 16 mai à 8H30 dans le Hall du Lycée René Cassin.
A cette occasion, les photographies de Séverine Dabadie légendées par les élèves seront exposées.

Le Jury sera composé de Monsieur le Proviseur du Lycée René Cassin, Mme Deruy (professeur d'histoire et géographie), Mme Royal (professeur de français), Mme Luce Buchheit (écrivaine) et de Séverine Dabadie (photographe).




----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bénarès, le 31 mars 2014

Bonjour à vous les voyageurs virtuels,
Ce soir, je quitte la ville de Bénarès avec toujours le coeur gros. Alors pour se remonter le moral, je vous envoie, pour votre séance de vendredi prochain, quelques images supplémentaires... question de prolonger le voyage.
Phir Milenge et un grand merci à tous pour vos gentilles attentions dans vos messages. A très bientôt.



Le singe et l'homme ne sont pas si différents, ils attendent chacun de leur côté la fin de leur existence colorée.
Isolde Gulacsy et Hajar



Petit singe marron
Mange cette banane
C'est ta seule destinée
Clara Baud

Quel petit gourmand ! 
Isolde Gulacsy et Hajar


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bénarès, le 26 mars 2014

Namaste,
Voilà, le voyage touche à sa fin et je vous envoie donc les dernières images fraîches en direct de Bénarès. J'essaierai de vous envoyer une série la semaine prochaine mais ce sera un peu comliqué car je serai en plein voyage. C'est pourquoi, je vous en mets une bonne dose aujourd'hui. Ne m'en veuillez pas si je manque le rendez-vous. de la semaine prochaine. Je quitte Varanasi, Bénarès, lundi prochain, (le 31 mars) et je ferai mon possible pour vous envoyer quelques images depuis New Delhi. Je serai de retour au Pays Basque le 3 avril. Il me semble que nous devrions nous retrouver bientôt.
Phir milenge, Laster arte, à bientôt. Et merci à tous pour cette belle et émouvante expérience.




Un peu d'Italie dans cette Inde ...
(En raison, des trois couleurs du drapeau de l'Italie, formées par les stores verts et rouges avec au centre l'intérieur de la bâtisse blanche).

Le drapeau indien est couleur safran vert et blanc... mais on est pas loin de l'Italie, tu as raison... Il s'agit d'un vendeur ambulant de glaces ( à l'italienne ? ? ...)
Audrane Elissalde

Une pancarte. Une cloche. Des caisses. Un regard insistant. Le marchand ambulant est présent.
Clara Baud

Le vendeur se croit dans une publicité de parfum. Il fait donc le beau gosse et se penche pour bien qu'on le voie et que sa pancarte ne le cache pas car il fait le beau gosse.
Gabriel Ringenbach
 


Protégeons les Dieux. Protégeons notre Croyance.
Clara Baud



Le reflet sur une eau claire et paisible d'un être vivant considéré comme sacré. On suppose que c'est la fin d'une longue journée pour cette vache. Peut-être admire- t-elle le coucher du soleil …
Isolde Gulacsy et Hajar


Grâce au reflet de l'eau, la vache semble voler dans l'air au dessus du lac (Il s'agit du Gange, c'est un fleuve) telle une divinité. Elle porte un collier de perles comme les femmes, ce qui peut faire penser qu'elle est aussi importante que les Hommes (ou même plus importante parfois).
Légende : La divinité du lac. (du Gange).
Coralie Servant et Margot Martinez

C'est une représentation forte de l'Inde. Cette image est très belle. De plus, le reflet donne une beauté extraordinaire de l'image, qui donne une impression de montage de deux photos.
Vincent Fontinha

La vache qui se trouve au bord de l'eau est un animal sacré en Inde. L'eau peut représenter la vie... On peut donc dire que la vache sacrée se repose sur la vie.
Charlotte Brugière

Son reflet sur l'eau pourrait nous tromper à première vue, comme si le reflet était la vraie vache.
Oihana Eyherabide

Vache portant un petit collier
Tu ne cesses de m’impressionner
Clara Baud

Quand la vache sacrée prend la pose...
Clara Baud

Miroir, miroir, dis-moi qui est le plus beau ? (la plus belle car il s'agit d'une vache...)
Jeanne Tronchet



L'eau te purifie et te lave de tous tes péchés.
Peio Larrasquet

Purifier son corps et son âme pour nettoyer ces péchés et commencer sa journée l'esprit sain.
Laura Serrat

Le bain sacré.
Clara Baud 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bénarès, le 20 mars 2014

Namaste,
Me revoilà avec 3 nouvelles images... J'espère qu'elles vous inspireront et que vous trouverez beaucoup de belles choses à dire comme la semaine dernière. Je me prends à regretter que cette expérience prenne fin dans peu de temps. C'est avec un très grand plaisir que je partage ces moments avec vous. Merci pour vos messages et à bientôt.
Phir milenge.



Il regarde l'eau
avec un air perdu,
mais ne regarde-t-il pas
en réalité
les souvenirs, les remords
qu'il a laissés derrière lui ?
Dans le miroir, la porte de l'âme,
de la Vérité,
ne cherche-t-il pas
des réponses aux questions délaissées ?
Clara Baud 

Il semble regarder l'eau 
avec son regard perdu,
mais ne regarde-t-il pas
à la fois
Derrière lui ?
Clara Baud
 


Couleur du sang et du mal sur une feuille jusqu'à maintenant vierge et innocente.
 Isolde Gulacsy et Hajar

Ne pouvant exprimer ses talents d'artiste sur un tableau, elle le fait sur le support de la vie.
Isolde Gulacsy et Hajar

Cette belle feuille verte, recouverte de signes indiens d'un rouge sang, me rappelle ma petite enfance lorsque j'essayais de dessiner sur des feuilles.
Oihana Eyherabide 

Simples écrits, symboles du savoir éternel sur une feuille éphémère.
Peio Larrasquet

Cette image m'inspire car elle montre une certaine culture de Bénarès. C'est très joli et pas commun à notre culture. De plus, j'ai comme l'impression que la personne écrit un message, c'est intrigant...
Vincent Fontinha

En fait, cette dame se trouve dans un temple situé sur les bords du Gange et elle écrit un mantra (prière), toujours le même qui clame le nom de Ram (un dieu indien). Elle écrit cela sur des feuilles considérées comme sacrées.

Sur cette photo, nous pouvons voir un homme (femme) qui tient un minuscule bâton sur lequel se trouve de la peinture rouge.
L'homme (la femme) écrit sur une feuille très verte des sortes de runes (?). Le contraste entre le rouge de la peinture et le vert de la feuille est très beau.

Légende : La feuille des runes.
Coralie Servant

Petite feuille, tant d'insectes t’ont traversée
au tour de l'écriture de te souiller
(ce n'est pas souiller que d'écrire des mantras, incantations divines... tu hérisserais les poils des Indiens en disant cela... que je ne répéterai pas)
Jeanne Tronchet
 

 

Une vieille barque échouée, à moitié immergée,
        Du linge étendu, des jeans sur les quais...
                 Linge propre et eau sale.
Florestan Mosnier

Linge propre en haut, linge sale en bas
Les riches en haut, les pauvres en bas
Belle distinction.
Mais comment le linge peut-il être propre
Dans une eau si sale?
Clara Baud

Ils se lavent dans le Gange,
  Ils se purifient de leurs pêchés dans le Gange,
  Mais leurs espoirs d'avenir,
  Ne doivent pas, dans le Gange, s'évanouir...
Audrane Elissalde

Le contraste foncé et clair de la photo est très intéressant, plus foncé en bas et à gauche et plus clair en haut et à droite. Je trouve la facon dont on fait sécher les vetements là-bas originale. Je suppose qu'ils doivent les laver dans l'eau que l'on voit au premier plan. Je trouve aussi qu'il y a un contraste entre les vêtements propres et la barque en mauvais état, sale.

Légende : La machine à laver de l'Inde.
Margot Martinez

 


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bénarès, le 12 mars 2014

Un peu de douceur pour cette nouvelle séance indienne...
Un grand merci pour vos derniers commentaires et légendes qui étaient très nombreux et souvent bien vus. Vous avez fait preuve d'imagination, de pertinence... et parfois de poésie. Restez enthousiastes, sensibles et ouverts. On est encore vivants que je sache... Profitez sans retenue de l'opportunité qu'on vous offre pour vous exprimer... Tout sera retranscrit sur ce blog. Et nous discuterons de tout cela dès mon retour.
A bientôt ! Laster arte ! Phir milenge !



Jeune enfant Indien
Bâton en main
Que veux-tu faire
Face à cette arbre vert ?
Souhaites-tu ramasser des fruits
Pour nourrir autrui ?
Lisa Cartillon

L'Odyssée de Pi
Audrane Elissalde

Petit garçon penché à la fenêtre,
laissant apparaître ton mal-être,
sembles-tu vouloir fuir ton pays,
et rejoindre tes amis?
Ton visage si adouci
semble quelque peu assombri.
Pauline Dallan et Camille Griffe

L'enfant faisant bouger les branches, semblable au vent... Oui le vent de la liberté indienne !
Peio Larrasquet

Un enfant au balcon d'une maison colorée essaie sûrement de décrocher son cerf-volant prisonnier des branches de l'arbre. (bien vu, c'est exactement cela)
Cette photo colorée annonce l'été...
Florestan Mosnier

Un enfant est penché sur une fenêtre, il tient un bâton qu'il glisse dans un arbre, peut être pour atteindre un nid d'oiseau, un fruit. Pour moi cette photo représente l'enfance.
Son âme insouciante cherche à découvrir le monde qui l'entoure. L'émerveillement de tout, cette passion de la vie que seuls les enfants sont capables d'exprimer. Les couleurs vives, les rayons d'or émergeant de part et d'autre, donne vie à la photo. A mes yeux cette photo permet de ne pas oublier que chacun de nous, garde une part d'enfance en lui à ne pas négliger.
Océane Herceg

Le petit garçon semble assez ennuyé. Il ne sourit pas et n'a aucune expression de visage. Il tend un bâton en direction d'un arbre, peut-être est-ce son seul amusement ? (Pas de misérabilisme... ici aussi les enfants s'amusent et s'enthousiasment, souvent avec bien peu de choses. Les enfants indiens du nord de l'Inde mais aussi les adolescents et parfois même les jeunes adultes, sont des passionnés de cerfs-volants. Ils sont en papier et coûtent très peu cher. Lorsqu'il y a du vent, des centaines de cerfs-volants tournoient dans le ciel).
Coralie Servant
 

Un bâton à la main, ce petit garçon essaie d'obtenir une chose importante à ses yeux. On peut imaginer que cette chose est l'avenir et qu'il essaie de l'atteindre tant bien que mal.
Isolde Gulacsy
 


Cette image représente des musiciens. Etant nous-mêmes des musiciennes, nous aimons découvrir de nouveaux instruments.
La scène est très bien décorée et leurs habits sont très beaux pour de simples musiciens. Ils doivent peut-être animer une soirée. Nous remarquons que les couleurs sont très chaudes, elles expriment peut-être la couleur des sentiments des musiciens qui nous font penser au feu.
Coralie Se​rvant
Legende :
Les musiciens du feu
Coralie Se​rvant

Cette scène est très colorée. Les guirlandes de fleurs sur le côté rajoutent une pointe de joie. Le musicien de gauche, avec sa marque rouge sur le front, m'intrigue. Je pensais que les femmes étaient les seules à en porter. (Il y a le bindi, point rouge décoratif en feutrine ou plastique que seules les femmes arborent sur le front et il y a la tika ou tilak qui est une marque religieuse, point rouge ou orange, signe de protection. Il orne tout aussi bien le front des hommes que celui les femmes). Les deux musiciens ont l'air très sérieux, ou peut-être sont-ils juste concentrés. Leurs instruments sont très intéressants, surtout celui du musicien en blanc. Qu'est-ce que c'est ? (un sitar)
Oihana Eyherabide

Deux jeunes indiens jouent de la musique, les yeux grands ouverts, comme effrayés par quelqu'un ou quelque chose...
Guillaume Pham

Ces instruments de musique nous montrent la culture musicale locale. En effet, cela est totalement différent de chez nous.
Vincent Fontinha


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bénarès, le 7 mars 2014

Petit suplément qui en dit long sur la condition féminine en Inde... C'est sur le droit des femmes que l'on crache là...
A noter qu'il est également judicieux de prendre en considération nos propres faiblesses en la matière sur le territoire français...



Cette photo m'a beaucoup touchée. Je connais la condition de certaines femmes dans le monde et cette photo est révoltante. On retrouve une deuxième fois cette femme qui ressemble étrangement à la Statue de la Liberté. Très ironique, car la femme n'a pas l'air libre. La tristesse se lit sur son visage. Toutefois, ce qui m'a le plus heurtée ici, c'est la ligne brune qui barre son visage, comme si on cherchait à nier la condition des femmes en masquant cette image. De plus, il me semble apercevoir la trace rouge d'une chose qu'on aurait jeté dessus.
Oihana Eyherabide
 


Nous vivons dans un monde où pour avoir notre liberté, il nous faut nous battre. Fight and you'll live.
Clara Baud

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bénarès, le 5 mars 2014

Vous voilà de retour à l'école... Sniff, sniff... Après de bonnes vacances bien méritées, n'est-ce pas ? De brutales tempêtes s'abattent sur vous et j'espère que vous mettez des plombs dans les poches pour ne pas vous envoler en venant au lycée.
Ici, tout se passe bien et je suis très heureuse de partager tout cela avec vous. Depuis quelques semaines, nous sommes en pleine saison des mariages. C'est un thème un peu complexe car il s'agit bien souvent de mariages arrangés qui d'après les Indiens (souvent les hommes), sont plus solides que les nôtres qui sont motivés par l'amour (du moins en général)... Je vous laisse donc méditer sur cela et qui sait... peut-être vous renseigner sur le sujet deci delà. Je ne vous en dis pas plus au sujet des photos pour ne pas "ligoter" votre imagination... mais il y a un rapport avec ce dont je viens de vous entretenir...
Bon courage à tous pour la reprise ! Izan ongi !
(ou en hindi "Kush rahié", c'est-à-dire... soyez heureux ! )



" Tel un porteur de tableau,
Qui annonce la venue d'un taureau,
L'homme semble inciter,
L'entrée en piste du beau marié …"
Audrane Elissalde

Lueur verte, fanfare et fête ; cette nuit Bénarès ne dort pas.
Florestan Mosnier

Une troupe de musiciens typiques, célèbrent un mariage. De petites lumières colorées éclairent le sol. Leurs costumes sont originaux. Un homme tient une pancarte, indiquant sûrement le nom du groupe.
Lisa Cartillon

Cette photo est étrange. C'est un drôle d'univers, les couleurs sont sombres... la femme porte sur sa tête un étrange objet lumineux. Pour conclure, je trouve cette photo très suspecte.
Vincent Fontinha

Fanfare
Florestan Mosnier
 


Statue de la Liberté remastérisée à la mode Indienne.
Laura Serrat

Statue de la liberté Indienne.
Ce graffiti me fait penser à la statue de la liberté. Ici elle représente l'égalité et revendique les droits des femmes.
Camille Griffe

La manifestation incomprise du mur. Cette image de femme levant le bras me fait penser à la statue de la liberté mais contrairement à elle, cette femme semble triste. Le fond rouge en bas me fait penser à du sang . Donc, pour moi cette femme demande l'égalité car elle trouve que trop de sang a dû couler. Nous remarquons des traces de peintures blanches qui ont coulé. Cela représente peut-être les droits de la femme limités et impuissants.
Coralie Servant

Un graff représentant une femme levant le bras semble lutter pour ou contre quelque chose. "EQUALITY" est inscrit au-dessus et laisse suggérer que c'est pour le droit des femmes.
Alice Higounenc

Il s'agit d'une peinture de rue qui représente une femme indienne levant son bras en l'air, il ya marqué au dessus d'elle "EQUALITY", pour les droits des femmes en Inde. Cette femme me fait penser à la statue de la liberté.
Guillaume Pham
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bénarès le 19 février 2014

Petit intermède médical... Ca donne envie d'aller s'y faire soigner, non ?

Merci à tous pour vos nombreux commentaires et à ne pas oublier : BONNES VACANCES À TOUS ! ! !
Vous avez pu remarquer également que pour plus de lisibilité, le blog a été modifié afin que les posts les plus récents apparaissent en haut de la page.
Vos commentaires apparaissent désormais en gris et les miens en jaunes.
J'espère que ce sera un peu plus pratique à l'usage.
A bientôt.


" Le bleu de l'océan naviguant à travers ses yeux,
Les bras tels des vagues, maîtrisant alors ce piranha affamé,
En quête de petites proies dans lesquelles se loger ... "
Audrane Elissalde

Qui l'aurait deviné, un dentiste..
Laura Serrat

Le soi-disant dentiste si présent sur la photo n'inspire pas la confiance. D'abord son matériel est par terre et sale. En plus, il n'est presque pas habillé. Ces clients n'ont pourtant pas l'air inquiet. L'homme en bleu qui regarde l'objectif lui par contre a l'air un peu inquiet de la caméra de Séverine. Il a l'air de se dire : « que fait-elle avec sa caméra j'espère qu'elle ne voit pas que je fais n'importe quoi ».
Gabi Ringenbach

Médecin d'ici médecin d’ailleurs
Torse nu ou en tailleur
Il soigne les gens
Il soigne les dents
lui faire confiance ?
Une évidence.
Loretta Brüssau et Jeanne Tronchet



Intermède médical mais convivial !
Laura Serrat
 


Cette photo est intéressante et donne des renseignements sur la vie à Bénarès. En effet, cette photo montre tout d'abord un manque d'hygiène, des matériaux dans des états pitoyables. On peut encore une fois se rendre compte que Bénarès manque de moyens afin de rendre les soins dans la ville beaucoup plus hygiéniques.
Vincent Fontinha
 


Qui pourrait-être prit dans ces dentier ?
Le dentier ouvert semblable à un piège à loup,
Une mixture chauffant dans le coin,
Le dentiste de rue n'ayant que les pavés pour ami,
Sa médecine,elle,n'a pas de frontière.
Peio Larrasquet
 





---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bénarès le 14 février 2014

Petit aperçu de la vie indienne...


"L'ambiance de cette photo est chaleureuse de part sa lumière orangée, cette grande rue est bondée de monde. Même la nuit Bénarès, ne dort pas, en effet les nombreux commerces sont ouverts et la rue est pleine de vie."
Florestan Mosnier

" Semblable à une autoroute humaine,
Guidés par le panneau bleu haut perché,
Leurs phares illuminent le bout de l'allée …"
Audrane Elissalde

"Sur cette photo, on peut imaginer une soirée mouvementée dans les rues de Bénarès. En effet, cette photo contraste avec les autres car il ne s'agit plus d'endroits calmes et apaisants mais plutôt d'une anarchie typiquement indienne. En effet, une population importante est présente et il semblerait qu'il n'y ait aucune règle ; les gens marchent dans la rue sans se soucier des voitures et autres passants. De nombreux panneaux sont exposés et encombrent la ville."
Lisa Cartillon

"Cette photo évoque une ambiance chaleureuse à travers sa lumière orangée. C'est un endroit de passage. Les gens circulent à travers la foule. Il y a comme de l'agitation."
Florestan Mosnier

"Cette image nous montre un monde totalement différent de chez nous…
Ce qui m’impressionne le plus en voyant cette photographie, ce sont les affiches… Il y en a énormément ! Elles sont accrochées un peu partout. De plus, je peux voir qu’il y a beaucoup de monde. Ça m’a l’air pauvre… Il y a l’air d’avoir de nombreux bâtiments.
J’aime vraiment cette photo car elle nous montre un monde d’ailleurs qui donne envie d'être découvert…"
Vincent Fontinha

Cette image me fait penser au Japon, avec ces lumières et ces nombreuses affiches. Les personnes au premier plan donne à l'image un côté vivant, une sensation de vie.
La lumière orangée réchauffe l'atmosphère, mais le fait que les gens ne se regardent ni ne sourient pas la refroidit. Un air de pauvreté pointe son nez sur la photo.
Clara Baud

Publicité, publicité, tu transformes le monde
Tu es maintenant l'égal de la Joconde
Les regards se posent sur par milliers sur toi
Mais devenir le centre du monde, n'y pense même pas !
Regardes ces hommes, regardes ces femmes
Il font leur vie
Il essayent du moins, mais tu les envahis,
Tu va jusqu'en Afrique, tu va jusqu'en Inde
Mais toujours tu seras moindre.
Jeanne Tronchet et Loretta Brüssau
 

Il s'agit d'un carrefour en perpétuelle effervescence : "Godowlia Crossing". On peut y voir des affiches à visée politique. En effet, des élections législatives auront lieu au mois d'avril et mai et permettront de renouveler le parlement indien appelé Lok Sabha. Elles se mêlent à des affiches religieuses et d'autres qui sont bien plus commerciales...


"Un visage bleuté se dévoile, presque invisible, tel un fantôme errant dans les rues de Bénarès.
En arrière plan, on aperçoit la ville parsemée de mille couleurs, exposant les milles merveilles du pays.
Ce visage est comme un reflet, une âme perdue parmi l'ordinaire de ce pays."
Océane Herceg

"Dans cette photo, on voit une boutique d'une rue indienne. On observe des passants, des voitures puis on aperçoit le visage bleuté d'une divinité. Cette photo laisse penser qu'elle a été prise dans le reflet d'une vitre. Ce cliché cherche peut-être à montrer que les dieux veillent sur les hommes."
auteur anonyme


Bien vu... Il s'agit d'un reflet pris sur une image religieuse représentant Boudha et non pas d'un montage à l'aide de Photoshop.


Sur cette photo, on voit les mains de deux personnes. La première personne porte dans ces deux mains un fruit. La deuxième met ses deux mains en dessous de celles de l'autre. Cela nous permet de dire que l'objet à l'air très précieux. Une croix gammée qui est importante aux yeux de la plupart des indiens apparait sur ce fruit. Pourquoi y a-t-il autant d'attention sur ce fruit ? Que représente-t-il ?
Gabriel Ringenbach

Des mains tiennent... une graine ? Un fruit ? orné d'une svastika rouge. Oui, je sais que ce n'est pas le symbole nazi, puisque ce sont les nazis qui se sont inspirés de cette croix. Elle représente la Vie, le Soleil, le fil du Temps. On la retrouve dans toutes sortes de culture, même dans la mythologie basque ! C'est la Lauburu ( lau = quatre et buru = tête ) qui représente le Soleil.
Oihana Eyherabide

"Cette photo représente deux mains. Une main plus claire enveloppe l'autre, plus foncée. Au milieu se trouve un fruit avec quelques fleurs autour et une croix Svastika est peinte sur la coque du fruit. Deux couleurs sont présentes, du jaune et du rouge ce qui contraste avec la couleur terne des mains et du décor."
Camille Griffe


"Quatre mains sont liées. Les deux plus petites tiennent une noix de coco décorée de la Svastika d'un rouge éclatant. La noix est agrémentée de deux petites fleurs jaunes apportant une touche lumineuse à la photo. On peut voir aussi quelques grains de riz parsemés un peu partout."
Pauline Dallan

"La photo représente des mains portant un fruit exotique. On peut y voir une croix gammée qui depuis le régime nazi a une connotation négative, ce qui peut rendre la photo surprenante. Pourtant, cette croix est au contraire un signe de bon augure désignant le cœur de Bouddha. On peut donc comprendre que cette photo a ici une connotation positive malgré les doutes que l'on peut avoir."
Margot Martinez

Les mains posées l'une sur l'autre, nous montre ici toute la fidélité et l'amour qu'un couple peut se donner. La Svastika sur la noix de coco, qui représente la chance, semble rapprocher d'avantage le couple et lui donner la "chance" d'être, sans doute, ensemble pour un nombre indéfini d'années. "Love is a chance."
Clara Baud


Il s'agit d'une noix de coco tenue dans les mains entremêlées d'un couple qui est en train de pratiquer (avec un prêtre hindou qui n'apparaît pas) une cérémonie religieuse au bord du Gange (puja). La croix rouge, appelée ici svastika est un symbole que l'on retrouve dans plusieurs civilisations. Notre Lauburu en est un très bon exemple. Bravo ! Les nazis l'ont reprise à leur compte mais notez bien qu'en Inde, elle n'a aucune connotation nazie ou fascisante bien au contraire, on la retrouve partout. Elle est ici un symbole de bon augure... Un porte-bonheur... Ceux qui l'ignorent sont souvent surpris lorsqu'ils débarquent en Inde. Encore bravo pour vos recherches...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bénarès le 4 février

Aujourd'hui, on fête l'arrivée du printemps. C'est le festival nommé Basant Panchami mais c'est aussi le jour de la Sarasvati Puja. C'est à dire un jour de fête et de cérémonie religieuse où l'on célèbre Sarasvati, la déesse de la Connaissance et des Arts. C'est donc notre déesse puisque c'est celle des étudiants et des élèves mais aussi celle des artistes et donc des photographes. Etudiants et élèves ont interdiction d'étudier et d'ouvrir le moindre livre aujourd'hui... Toutes les écoles sont fermées... Les veinards... Je vous enverrai des photos de ce festival une autre fois...
S'il vous plaît, faites-moi savoir le nom des auteurs des commentaires dont les auteurs me sont inconnus que je puisse le ajouter. Merci.

Voici donc les photos de la semaine :



"Je ne sais pas pourquoi ce chien est habillé, mais cela semble normal pour les gens autour. On dirait que les personnes qui rient à l'arrière viennent de remarquer qu'on les prend en photo."
Oihana Eyherabide

Ce petit chien est habillé car il fait encore un peu froid à Bénarès. Les gens que l'on aperçoit au fond de l'image sont blottis autour d'un feu et s'amusent du fait que je prenne leur chien en photo. En hiver, on recouvre souvent les animaux de couverture, toile de jute ou... vêtement. Cela concerne les chiens mais aussi les chèvres ou même les vaches...
 


Sommeil apaisant, sommeil léger
Qu'il fasse semblant ou soit en train de rêver
Cet homme est blanc, cet homme est noir
Il porte du jaune, peut être même de l'espoir
Que sait-on de lui, que sait-on de sa vie ?

On sait juste qu'il dort, je lui souhaite une bonne nuit.

Jeanne Tronchet et Loretta Brüssau
 



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

28 janvier 2014

J'espère bien que les intempéries qui sévissent sur la côte n'entament pas votre moral et votre bonne humeur... Allez... Un peu de courage ! Je vous envoie donc un peu de chaleur indienne avec une dernière photo de Hampi (Karnataka). J'ai été fascinée par ce décor irréel fait d'amoncellements chaotiques de pierres granitiques, fruits d'une évolution géologique très particulière.


" Je ressens à travers cette photo la chaleur mais aussi la fraicheur de l'eau du premier plan. Malgré la chaleur de ce pays, nous pouvons voir qu'il y a de la végétation. Cette photo me fait penser aux quatre éléments : le feu pour la chaleur, l'eau, l'air et la terre. On ne voit aucun être vivant sur cette photo ce qui me fait penser que l'homme est seul face à la nature".
Auteur inconnu


Et puis quelques jours plus tard... retour sur la côte, toujours à Benaulim où les pêcheurs débarquent le poisson directement sur la plage.




Depuis cet après-midi (mercredi 28 janvier), je suis de retour dans le nord, plus précisément à Delhi, la bruyante, tumultueuse et polluée capitale. A bientôt pour de nouvelles photos et de nouvelles aventures. Vendredi, je serai à nouveau à Bénarès (Varanasi)... mon camp de base préféré.
Bon courage à vous tous et à bientôt !


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

22 janvier 2014 : Hampi (Etat du Karnataka) à 375 km de Benaulim (Etat de Goa).

Nouvelle étape à l'intérieur des terres cette fois. Changement de décor pour une pause de quelques jours dans un décor surnaturel du point de vue géologique et particulièrement riche de par son histoire. Une multitude de temples et palais en ruine parsèment les lieux.


Je vous aide. Il s'agit d'une statue du Dieu Hanuman immergée dans la rivière.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
14 janvier 2014

Il se passe des choses très étranges sur cette plage...


"Une jeune mariée longe la plage vêtue d'une magnifique robe blanche et d'un voile. En arrière plan on aperçoit la mer et le soleil couchant baignant dans un rose somptueux. Le soleil est tel une météorite plongeant lentement dans l'océan. La jeune femme regarde droit devant elle comme si elle marchait vers l'avenir sans dépendre de son passée qui est maintenant derrière elle..."
Océane Herceg

"Cette photo inspire le calme et la pureté. Le soleil est sur le point de se coucher, il est semblable à une météorite. La femme mariée admire le coucher du soleil. Cette photo est apaisante."
Guillaume Pham


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Petit supplément du bord de mer par une nuit de pleine lune... Pour vous remercier de votre si gentil message. Bon courage à vous tous !


"La Lune est magnifique. Les formes des arbres me font penser au théâtre d'Ombres Chinoises. Le ciel est d'un bleu splendide qui fait bien ressortir les arbres. Je trouve cette photo harmonieuse et très apaisante".
Oihana Eyherabide


Traces...


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

13 janvier 2014

Benaulim (Goa), Inde
Bonjour a tous,
J'espère que ces vacances ont été bonnes et que vous attaquez cette rentrée avec courage et enthousiasme.
Je vous souhaite à tous une très belle année 2014.
Me voici depuis quelques jours dans le sud du pays où j'attends agréablement que la température devienne plus clémente à Bénarès que je rejoindrai à la fin du mois.
Voici un cliché d'une scène de la vie quotidienne. Je ne vous en dis pas plus afin que vous puissiez faire fonctionner votre imagination.
A bientôt.
Séverine

Petite note :
Sur la droite de l'image, en arrière plan, vous pouvez observer une barque de pêcheur surmontée d'un tas de filets. Sur le côté de la barque se trouve une sorte de flotteur servant à équilibrer l'embarcation. Il faut dire que la mer d'Oman n'est pas toujours très calme et que cette sécurité est bien utile. On retrouve ce système de flotteur latéral sur les pirogues polynésiennes appelées "prao".



" Photo paradisiaque, presque parfaite. Le bleu du ciel, les palmiers et la végétation verdoyante... Le sable blanc paraît souple et agréable. Un buffle et un homme pieds nus. Tous deux courent en l'absence de civilisation accentuant cette impression. Naturelle, simple et pétillante..."
Audrane Elissalde

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


© Severine Dabadie - Conditions générales

Top